Immo

Quel statut juridique choisir pour de l’Achat-revente ?

Vous voulez savoir comment devenir un marchand de marchandises ? LegalVision répond à toutes vos questions !

A découvrir également : Quel bilan faire pour vendre une maison ?

Dans cet article, LegalVision met à votre disposition vos connaissances juridiques pour vous aider à tout comprendre à ce sujet. Voici un résumé des points clés à retenir :

JA/Qu’ est-ce qu’un marchand de marchandises ? II/ Peut-on devenir un commerçant auto-entrepreneur ? III/ Cette action peut-elle être réalisée par la création d’ICS ? IV/ Qu’en est-il du statut d’une société commerciale ? V/TVA applicable sur marge VI/ Réduction des honoraires de notaires

A découvrir également : Quel statut pour payer moins de charges ?

JA/Qu’ est-ce qu’un marchand de marchandises ?

Le vendeur de marchandises est une personne dont l’activité est associée à l’achat et à la revente de biens immobiliers (biens immobiliers, terrains, maisons, entreprises…). C’est pour faire des profits. En général, pour être en mesure d’augmenter la valeur de la propriété même s’il veut revendre, le marchand passe si nécessaire pour le renouveler.

Bien que certaines transactions soient exclues pour son exécution, l’activité du trader en matières premières reste accessible à tous. Il ne nécessite aucune qualification professionnelle avant le coup d’envoi.

En outre, en termes de paperasse, il est plus facile de s’engager dans une activité commerciale en tant que vendeur de marchandises que de devenir agent immobilier. En outre, il convient de noter que l’agent immobilier agit comme intermédiaire entre le vendeur et l’acheteur tandis que le marchand de marchandises est principalement le propriétaire des marchandises qu’il vend ou revend.

II/ Peut-on devenir un commerçant auto-entrepreneur ?

Certains vous diront qu’il est possible de créer une société commerciale avec le statut d’auto-entrepreneur. Ils préciseront ensuite que ce statut n’est pas recommandé pour effectuer une telle activité.

Tout d’abord, vous êtes exposé aux conséquences de ce statut peut avoir sur la responsabilité personnelle. Notez qu’étant un acheteur immobilier ayant le statut d’auto-expéditeur, votre patrimoine personnel est confondu avec le patrimoine de l’entreprise. Cela ne garantit aucune protection de vos biens personnels. C’est un statut risqué qui peut vous faire perdre toute votre richesse. Par exemple, pour commencer en tant que vendeur de marchandises, vous devrez contracter des prêts auprès de particuliers ou d’institutions financières. Ainsi, le statut d’auto-entrepreneur permet à tous les créanciers de saisir vos biens personnels lorsque vous n’êtes pas en mesure de le rembourser.

En outre, dans une entreprise autonome, vous êtes obligé de rester dans les seuils de chiffre d’affaires définis. En effet, pour votre entreprise, vous ne pouvez pas dépasser un chiffre d’affaires annuel de 170 000 euros. Par conséquent, dans Si le terrain ou le bâtiment est déplacé à un certain seuil, vous ne serez plus considéré comme un entrepreneur autonome. DANS de toute façon, le statut d’un négociant autonome est très limité en termes d’investissement pour une société de négoce. Ce statut n’est donc pas souvent bénéfique dans ce domaine.

Mais en plus de ces événements, la réalité est plus simple : il est interdit de s’engager dans des affaires en tant que marchand de marchandises avec le statut d’un micro-entrepreneur autonome.

III/ Cette action peut-elle être réalisée par la création d’ICS ?

La dénomination Société Civile Immobilière (SCI) peut conduire à la confusion et suggérer qu’un tel statut serait idéal pour faire des affaires en tant que négociant en matières premières. Mais ce n’est pas le cas en pratique. En substance, l’activité d’un marchand immobilier constitue une activité entièrement commerciale.

Cependant, IBS ne peut pas fonctionner commercialement. Cela signifie qu’IBS ne peut pas mener une activité d’achat et de revente de biens avec recherche de bénéfices. D’autre part, SCI se prête à activité d’achat immobilier dédié à la location non meublée. Gardez à l’esprit que lorsque la location est meublée, elle fait partie de l’activité commerciale.

En outre, une vente de construction immobilière de la société civile (SCCV) devrait être créée dans le cas de l’achat d’un bâtiment pour la construction et la revente. Cela doit être le cas pour toute opération de ce type que vous souhaitez effectuer.

Il est donc clair que le statut de la Real Estate Civic Society ne convient pas aux activités d’un acheteur immobilier.

IV/ Qu’en est-il du statut d’une société commerciale ?

Le statut d’une société commerciale est sans aucun doute un statut idéal pour commencer un commerce de marchandises. Il s’agit déjà d’une activité commerciale. Contrairement à une entreprise à une seule personne, la création d’une entreprise vous aide à sécuriser vos actifs personnels. Cela est rendu possible par des lois limitant la responsabilité au niveau des primes. Cependant, lorsque vous travaillez avec plus d’une personne pour créer une entreprise, vous pouvez choisir les formes d’entreprise suivantes :

  • SAS ;
  • Ou, LLC.

En ce sens, la plupart des personnes qui ont l’idée de créer une société commerciale préfèrent choisir un SAS. Ce choix est souvent fait en raison de la flexibilité de son cadre juridique.

Toutefois, si vous êtes le seul actionnaire et que vous n’avez aucune responsabilité envers une autre personne membre de votre conseil d’administration, vous pouvez choisir entre :

  • SASU ;
  • Ou, EURL

En effet, SASU est une équivalence SAS dans le cas d’un seul actionnaire. Les négociants en matières premières, qui sont les seuls actionnaires de leurs entreprises, s’approchent souvent de la forme SASU.

En fin de compte, dans une société de type commercial, les associés ou les actionnaires ne sont pas considérés comme responsables des dettes de la société. Sauf s’il s’agit d’une mauvaise gestion, ou même d’une fraude directe ou indirecte. Essentiellement, la Loi énonce explicitement ce qui suit : activité liée à l’achat et à la revente de bâtiments est incompatible avec le statut de l’auto-expéditeur.

V/TVA applicable sur marge

Le vendeur de marchandises a généralement un régime fiscal moins rigoureux et favorable. En effet, pour ce professionnel professionnel, la TVA ne s’applique qu’à la marge réalisée. Autrement dit, la différence entre le prix de revente et le prix d’achat d’une propriété. Par exemple, si l’appartement et sa restauration coûtent 300.000€ et le revendre pour 350.000€. Votre bénéfice ici est de 50 000€, seulement sur cette marge, vous paierez la TVA au Trésor. Le taux de TVA représente souvent 20%.

En outre, certaines situations peuvent nécessiter une méthode différente d’application de la TVA. C’est le cas lorsqu’un bien est revendu dans les quatre ans suivant son achat. Pour ce faire, il est important de demander conseil à un avocat. Il est également possible de louer avocat spécialisé pour vous aider à vérifier l’état d’une telle situation.

Cependant, en termes d’impôt sur le revenu, cela se fait en fonction du statut juridique choisi par le marchand de la marchandise.

Dans le cadre d’une seule société ou d’une société à responsabilité limitée, le vendeur de marchandises ou chacun des associés sera soumis à un régime fiscal identique à celui du marchand. Sinon, cela s’appliquera au montant de la marge (société).

De même, pour une société anonyme telle que : SASU, SAS et SARL. Il sera soumis à un taux de 15 à 38 120 euros et de 28% pour des revenus plus élevés jusqu’à 500 000 000€. En plus de cela, un taux de 33 % s’applique. Il convient de noter que le taux pourrait tomber à 26,5% d’ici 2021.

Ensuite, l’impôt sera imposé sur le montant des montants perçus à titre de revenus de biens.

VI/ Réduction des honoraires de notaires

Mener ses activités dans le domaine de l’achat et revente des biens, le marchand sollicite souvent les services d’un notaire. Cela donne la base pour payer différents frais. À cette fin, la société commerciale bénéficie de frais notariés considérablement réduits et favorables. En effet, habituellement une personne doit se régler entre 7% et 8% comme les notaires honoraires. Le vendeur de marchandises, quant à lui, devra payer des honoraires de notaire allant de 2% à 4%.