Le PER : comment bien le choisir ?

L’épargne qui est investie sur un PER permet la création d’un capital qui peut être repris à la retraite. En effet, ceci se fait sous forme de rente viagère avec un vaste panel d’options en fonction du contrat ou bien en capital. Pour rappel, le plan d’épargne-retraite (PER) est un nouveau plan d’épargne lancé par la loi PACTE et qui s’adresse à ceux qui souhaitent se constituer une retraite.

Par ailleurs, on constate que le marché compte de plus en plus de possibilités offertes par les assureurs. Face à cela, il convient de se demander comment faire pour choisir son PER. Zoom sur les critères que vous devez prendre en considération au moment de choisir votre PER.

A voir aussi : Qu'est-ce qui est déductible des impôts ?

Le type de gestion

Les contrats de Per proposent différents types de gestion qu’il convient de connaître afin de bien choisir son plan épargne retraite.

La gestion évolutive : elle est obligatoirement proposée par les pouvoirs publics et sous-pondère le risque dans l’allocation plus vous êtes proche de la date d’échéance de la retraite.

A lire également : Est-ce que le prix des maisons va baisser ?

La gestion sous mandat : elle consiste à mandater un gérant qui usera de ses connaissances afin de gérer votre allocation.

La gestion libre : c’est une forme de gestion vous permettant de gérer l’allocation seule ou avec un conseiller en gestion de patrimoine.

Il convient de préciser que ces types de gestions n’offrent pas de garanties sur le capital.

Si vous envisagez de choisir la gestion sous mandat, alors il faut vous demander qui va gérer votre argent. À contrario, si vous misez sur une indépendance et un coût de traitement plus faible, alors ce sera autour d’unités de compte que va s’articuler une gestion libre qualitative.

La liste des unités de compte

Vous vous demandez pourquoi un grand nombre d’unités de compte est essentiel ? Eh bien, sachez que la raison est la même que pour l’assurance-vie. En réalité, quand vous vous tournez vers ce genre de contrat, l’horizon de placement est potentiellement long. Or, si vous avez déjà connaissance de vos propres paramètres, vous ne pourrez pas établir des projections claires concernant la conjoncture économique au moment de l’échéance.

Notez que plus la durée entre la souscription de votre PER et la transition en seconde phase est courte et plus les facteurs relatifs à la croissance vont évoluer. En réalité, il faut dire qu’il est assez rare de voir des gérants rester performants sur une ou une dizaine d’années.

Les raisons sont notamment le changement de conjoncture et le nombre d’investisseurs au niveau du fonds. Un fonds performant a tendance à générer de nouveaux investisseurs. Ce qui peut parfois influer sur la performance in fine. Même si les asset managers font évoluer leurs allocations, rien ne garantit que leur choix ou encore leur spécialité va optimiser potentiellement l’allocation.

Il serait alors plus prudent de choisir un contrat permettant au cours du temps d’avoir une largesse au niveau des possibilités d’OPCVM (SICAV et Fonds communs de placement).

PER comment bien le choisir

Le fonds en euros

Lorsqu’on a une idée de sa date de départ en retraite, il est possible de se projeter. D’où l’importance de choisir un bon fonds en euros. Les fonds en euros pour les PER sont parfois un peu plus rentables que leurs homologues consacrés à l’assurance-vie. Et pour cause, la durée étant plus longue, le gérant sera en mesure de prendre plus de risques. En conséquence, il y a la possibilité de générer un rendement plus important.

Les garanties du plan d’épargne retraite

Il faut savoir que les PER offrent des garanties de prévoyance. Selon vos besoins, nous vous conseillons de choisir votre PER en vous basant sur vos objectifs. Ceux-ci peuvent être au-delà d’un rendement, d’une rente, d’une valeur en capital une protection pour vous ou pour votre entourage.

Il vous est possible d’avoir de vraies différences entre PER et les objectifs de protection de chacun. Le PER porte généralement ses garanties pour des sujets comme :

  • Les aides en cas de problème de santé, invalidité : le versement des cotisations se poursuit, même si le titulaire n’est plus en mesure d’épargner.
  • La prévoyance : garanties complémentaires TNS (travailleur non salarié), TNS Agricoles…
  • Garantie décès ou plancher.

En plus des objectifs comptables, il est possible en fonction des PER de consacrer aussi une option personnalisée.

Les sorties anticipées

Les titulaires du PER ainsi que leurs proches sont aussi protégés par le code monétaire et financier. Ceci, sans distinction à propos des plans d’épargne-retraite. On peut alors sortir en phase de capitalisation dans les conditions standardisées telles que :

  • L’achat de logement principal
  • La fin des droits au chômage
  • L’invalidité du titulaire ou de ses proches
  • Le décès du conjoint ou du partenaire du titulaire PER
  • Le surendettement du titulaire
  • La cession d’activité (de type non-salariée) du titulaire
  • Le non-renouvellement de mandat social et la non-présence de contrat de travail et de mandat social depuis au minimum 2 ans.

Les frais

Il y a une grande disparité entre les plans d’épargne-retraite. En réalité, les frais recensés sont multiples. La plupart du temps, ils sont matérialisés par un taux, mais peuvent aussi être forfaitaires selon le contrat. Cependant, ceux-ci peuvent être nuls. Les natures des frais sont nombreuses, mais parfois nulles. Parmi les plus courants, on peut citer :

  • Les frais sur versements : frais relatifs au contrat et au conseiller
  • Les frais de gestion : susceptible de varier selon le contrat, la gestion appliquée, le type d’actif…
  • Les frais de transfert
  • Les frais sur la rente viagère
  • Etc.

Le transfert d’un PER vers un autre présentera un plafond de 1 % de l’encours et sera nul si la durée de détention de celui-ci est supérieure à 5 ans. En ce qui concerne les frais liés au transfert d’un PERP ou un contrat Madelin détenu depuis plus de 10 ans transféré vers un PER, ils seront aussi nuls. Leur plafond sera de 5% si la détention a une durée de moins de 10 ans.

Enfin, il est recommandé de cibler un revenu de retraite adéquat avec le plan d’épargne-retraite. L’idée est d’obtenir un revenu de pension suffisant pour tous les individus qui sont à votre charge. Vous devez aussi veiller à ce que le revenu après déduction fiscale soit suffisant pour vous permettre de couvrir l’ensemble de vos dépenses courantes.