Conseils

Pourquoi une promesse de vente plutôt qu’un compromis ?

Une fois qu’un accord est conclu entre le vendeur et l’acheteur sur la vente du bien et son prix, un accord préalable est souvent signé avant la signature de la vente finale pour la préparer. En effet, l’achat d’une propriété signifie effectuer à l’avance certaines formalités administratives. Par exemple, obtenir un prêt. La conclusion d’un accord préliminaire, la promesse d’une vente ou d’un compromis, permet aux parties d’officialiser leur consentement et leur volonté de s’engager jusqu’à ce que la signature finale du contrat de vente puisse être conclue.

Les deux principales formes de contrats préliminaires sont la promesse de vente unilatérale, communément appelée « promesse de vente », et la promesse de vente synallagmatique, mieux connue sous le nom de « contrat de vente ». Bien que les deux soient parfois confus, cependant, il y a des différences qui doivent être choisir. Alors plutôt promettre de vendre ou de vendre un compromis ?

A lire en complément : Comment savoir à qui appartient la clôture ?

Rédigez votre contrat de vente 100% en ligne

Promesse de vente : un engagement du vendeur

Promesse de vendre : un engagement unilatéral

Une promesse de vente est un accord par lequel le vendeur du bien accepte à l’acheteur de lui vendre sa propriété au prix convenu si celui-ci décide de l’acheter dans un certain délai. Ainsi, seul le vendeur est contracté. Tant que la période d’option d’achat laissée à l’acheteur n’est plus écoulée, il ne peut plus proposer sa propriété à un autre acheteur. L’acheteur bénéficiant de la promesse est libre de renoncer à l’option dans un certain délai.

Lire également : Quel document fait office de titre de propriété ?

Cet accord préalable est donc bénéfique pour acheteur intéressé à acheter de l’immobilier, mais n’est pas encore sûr de la conclusion de la vente.

Contrepartie de l’exclusivité

Toutefois, en contrepartie de cet avantage exclusif qui lui a été accordé, la promesse prévoit généralement que l’acheteur verse au vendeur une rémunération financière connue sous le nom de « compensation par actions ». Habituellement équivalent à 10% du prix de vente de

Ainsi, si l’acheteur choisit d’acheter le bien à un prix convenu dans la promesse de vente, il « renonce à l’option », dans le délai qui lui est fixé et conformément aux conditions énoncées dans l’accord préalable. Par exemple, l’envoi d’une lettre recommandée avec confirmation de réception ou par le biais d’un huissier de justice. Dans ce cas, la déduction en capital sera débitée du prix de vente payé par l’acheteur.

Si l’acheteur choisit d’arrêter d’acheter ou si non augmentera les options dans le délai spécifié dans la promesse, le vendeur retrouve sa pleine liberté. Elle conserve ensuite l’indemnité versée par l’acheteur.

Formalités de promesse de vente

Une promesse de vente peut être faite par un notaire spécialisé en droit immobilier. Ce sera alors un acte authentique. Elle peut également être élaborée par les parties elles-mêmes, éventuellement assistées d’un avocat. Le contrat serait alors un acte sous seing privé.

La promesse de vente doit être enregistrée dans les recettes fiscales. Cette situation dans les 10 jours suivant sa signature, si elle est conclue dans le cadre d’une reconnaissance privée, et dans un délai d’un mois à compter de sa signature, s’il s’agit d’un acte officiel. Les frais d’inscription pour la promesse seront fixés à la charge de l’acheteur. Ils s’élèvent à 125 euros.

Compromis de vente : mutuel engagement des deux parties

Un contrat de vente, comme la promesse, est un accord préalable prévoyant les modalités de la conclusion d’un accord définitif, y compris le prix de vente.

Toutefois, en l’espèce, les deux parties s’engagent à conclure un contrat de vente définitif à une date ultérieure selon des modalités convenues. Par conséquent, si le vendeur ou l’acheteur se retire de son obligation et refuse de faire une vente finale, sa contrepartie peut l’intenter en justice pour lui ordonner d’exécuter la vente. Des dommages-intérêts peuvent également être accordés.

Une entente préliminaire sera donc appliquée lorsque les deux parties sont confiantes de vouloir achever la vente, mais certains documents doivent être complétés plus tôt. Par exemple, purifier la loi de la première place.

En outre, le contrat de vente peut également être établi par un notaire ou par acte privé. Mais il n’a pas besoin d’être enregistré auprès des services fiscaux, ce qui est un coût inférieur à la promesse de ventes.

D’ autre part, la signature du contrat de vente est accompagnée d’un dépôt de marge. Il représente 5 -10% du prix de vente et sera facturé avec le prix au moment de la vente finale.

En compromis, comme dans la promesse de vente : la capacité de fournir des clauses spécifiques

Quel que soit le modèle précontractuel choisi, il reste possible de l’organiser à la convenance des parties. En particulier pour garantir des dérogations à leurs obligations.

Le contrat de vente et la promesse de vente peuvent donc anticiper les termes suspendre. Il appartient au vendeur et à l’acheteur de subordonner la vente au respect de certaines conditions. Ils peuvent stipuler, par exemple, que si l’acheteur ne parvient pas à obtenir un prêt, ou si la municipalité à la place de la propriété exerce son droit au premier lieu, le contrat préventive sera annulé. Donc, la vente ne sera pas conclue. Aucune compensation financière ne sera due et l’indemnité versée par l’acheteur lui sera restituée.

Les précontrats peuvent également inclure une clause de dédité. Cette clause permet au vendeur et à l’acheteur de revenir à leurs obligations dans un certain délai, en échange d’une rémunération financière. Ainsi, on s’attend généralement à ce que l’application de cette clause entraîne une perte de marge pour l’acheteur. Et pour le vendeur, le paiement d’une indemnité équivalant au double de cette somme.

Loi et délai de rétractation

acheteurs En cas de promesse de vente en tant que contrat de vente, l’acheteur a le droit de se rétracter du contrat. Depuis la livraison de la lettre recommandée avec la confirmation de réception, ainsi que le contrat antérieur, il dispose d’un délai de 10 jours pour retourner à son entreprise par lettre recommandée confirmant réception. Pour cette raison, il ne peut justifier aucune raison. Il récupère ensuite la rémunération qu’il a versée après avoir signé un contrat antérieur.

Ces guides juridiques peuvent également vous intéresser : Comment puis-je signer un contrat de vente ? Comment signer une promesse de vente unilatérale ? Signez l’acte de vente de la propriété sur un notaire Honoraires notariés lors de la vente de biens immobiliers Achat de biens immobiliers dans une copropriété Commissions vente de biens immobiliers et d’agence